PARTIES DE TRIAL

Il est 11h du matin lorsque nous entrons dans la première partie de la spéciale. L’étape Chilecito-San Juan sera cruciale, a prévenu Coma. On va vérifier qu’il n’a pas menti dès les premiers kilomètres…

Ca commence plutôt cool par un large rio assez facile à remonter, à condition d’en suivre le bon bras en suivant la trace des pré-recos. On tâtonne un peu et les demi-tours pour récupérer la bonne ramification de cette rivière asséchée sont déjà plus nombreux que supposés...

DSCF2372

Plus loin on quitte le lit du rio pour pénétrer dans un canyon pas très encaissé mais majestueux : les petites falaises qui le bordent sont ocres, parfois rouges et l’érosion du vent et de l’eau ont sculpté à leurs pieds des formations étonnantes et magnifiques.

C’est trop beau ! Nous nous arrêtons pour tourner une séquence décor et un plateau de situation comme on dit dans le jargon de la télé. Comme souvent dans ce cas, on a laissé partir les trois autres voitures devant ; on les rejoindra tranquillement et, si besoin, on utilisera les radios de bord pour affiner la jonction.

DSCF2343

Après une vingtaine de minutes d’arrêt, on repart donc.

On avance dans ce canyon qui, petit à petit, imperceptiblement se resserre à mesure que les falaises qui le bordent rapetissent et se transforment en collinettes plus arrondies.

La « route » se métamorphose : tout se durcit, se cabosse, se rétrécit. Le premier canyon ouvert et accueillant est devenu un goulet rocailleux, bosselé ou raviné, c’est selon…Même la végétation est devenue hostile. Les buissons sortent leurs griffes : des épines de 10 à 15 cm de long.

received_10208880438981494

Désormais, on ne roule plus, on progresse. Il faut zigzaguer entre les buissons tout en sachant que le cap nous emmène vers la gauche ; seulement voilà : à gauche il y a une barrière rocheuse qui nous empêche de passer dans le canyon d’à côté. On se résout donc à appeler par la radio pour avoir une idée de la position des collègues. Coma confirme : « On est dans la petite vallée de gauche. Tu dois escalader comme tu peux et tu nous trouveras en haut de la prochaine crête ». Aussitôt dit…Pas du tout aussitôt fait… !

vlcsnap-2016-12-02-18h29m56s068

La voiture couine de partout, on force sur le moteur pour gravir 6 mètres sur un sol poussiéreux et gravillonneux. Evidemment, on finit par y arriver mais la partie d’escalade continue jusqu’au canyon suivant que l’on rejoint très, très péniblement. La suite est (momentanément) plus facile. On a fait demi-tour dans ce troisième entonnoir pour descendre de vallées en vallées en direction du plateau depuis lequel le départ de la spéciale sera donné. On a une impression de « plus facile » en voyant la plaine mais c’est trompeur.

vlcsnap-2016-12-02-18h30m44s567

6 kilomètres durant, il va falloir se dépêtrer à nouveau d’un entrelacs d’arbustes agressifs. Le sol est plus plat dans le lit de ce rio large d’un bon kilomètre mais il n’y a pas la moindre trace et il est totalement impossible de garder un cap cohérent. La végétation vous oblige à mille circonvolutions, on entend crier la peinture sous les griffes des gros buissons et on se demande dans quel état les motards vont sortir de ces 6 km très…griffants ; On demande surtout à Marc Coma s’il ne va pas se raviser et faire passer un bulldozer qui dégagerait un peu tout ça avant la course : « Non, non pas question d’ouvrir ce terrain tout serré. Les morceaux qu’on a vus ce matin et cet après-midi sont du trial pur, d’accord ; mais ils ne sont pas très longs. Ca va les ralentir, bien sûr mais ce n’est pas infranchissable. Et puis il y a quoi… ? 15 kilomètres en tout sur une partie de 100 kilomètres ce n’est pas trop, je pense. » Pas trop pour les motards, c’est sûr… Mais sur ce genre de terrain, les 10 premières voitures vont ouvrir une voie, à la vitesse de quelques escargots…Les autres rouleront sur un terrain beaucoup plus dégagé. Voilà, au fond, une manière comme une autre de niveler la course.

20160928_175216

Ajoutons à cela le saupaudrage de quelques Way Point Control sur ces secteurs déjà très subtils et on est déjà sûr qu’il y aura de l’action dans cette première partie de la première partie de l’étape 10 du Dakar 2017 !

La nuit tombe. Tiziano a trouvé un hotel. On va prendre une « vraie » douche. Youpi…

Publié par Jean-Francois Kerckaert / Catégories : Non classé
  • Daniel

    partie trial ça j'adore, et ça j'achète !!!!!!!!!!!!